L’Ecriture seule (sola scriptura)

Les 5 solas de la Réforme constituent le fondement de la foi protestante et évangélique. Résumés en quelques mots, ils sont l’expression la plus claire d’un authentique christianisme biblique :

  • Sola Scriptura: L’Écriture seule; la Bible est l’autorité suprême en matière de doctrine et de vie. Les 4 autres Solas découlent de celui-ci.
  • Sola gratia: la grâce seule ; le salut n’est pas le résultat de nos efforts ou de nos mérites mais s’obtient par la grâce seule.
  • Sola fide: La foi seule ; le salut n’est pas donné par les sacrements ou la religion mais par la foi seule.
  • Solus Christus: Jésus-Christ seul ; Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et nous.
  • Soli Deo Gloria: A Dieu seul la gloire ; Dieu est le seul qu’il faut adorer et prier.

Le présent article aborde le 1er sola : Sola Scriptura,  l’Écriture seule. Les 4 autres solas seront traités dans les prochains articles.

Que faut-il comprendre par Sola Scriptura?

Cette expression latine englobe les vérités suivantes :

  • La Bible constitue l’unique autorité finale pour tout ce qui touche au salut, à la foi et à la vie. Cette autorité ne dépend pas du témoignage d’un homme ou d’une église, mais entièrement de Dieu, son auteur qui est la Vérité même.
  • Tout le Conseil de Dieu, c’est-à-dire tout ce qui est nécessaire à la gloire du Seigneur ainsi qu’au salut, à la foi et à la vie de l’homme, est expressément consigné dans l’Écriture ou doit en être déduit comme une bonne et nécessaire conséquence. Rien, en aucun temps, ne peut y être ajouté, soit par de nouvelles révélations de l’Esprit, soit par les traditions humaines[1].
  • L’Écriture Sainte s’interprète, pour le croyant, de l’intérieur, par le témoignage du Saint-Esprit. C’est-à-dire l’activité de Dieu par laquelle la vérité de sa Parole est communiquée à l’esprit et à la conscience de son Peuple[2]. Le Dieu vivant parle directement et non par l’intermédiaire du Pape, des conciles ou des prêtres.
  • L’Écriture elle-même est la règle infaillible de son interprétation. C’est pourquoi, lorsque se pose une question au sujet du sens véritable et complet d’un texte quelconque de l’Écriture (qui n’est pas incohérente mais une), la réponse doit être cherchée et trouvée à l’aide d’autres textes plus clairs. Il s’agit du principe de « l’analogie de la foi ».

Quelles applications pour l’église d’aujourd’hui pouvons-nous tirer de ce 1er sola?

Il découle de ces affirmations que la Parole de Dieu est pleinement suffisante dans les domaines :

De l’évangélisation[3]

Toutes les techniques employées: musique captivante, témoignages personnels, appels à l’émotion, s’avancer pour témoigner de sa consécration au Christ, tout cela est, dans le meilleur des cas, un complément. «Mais si on utilise de tels moyens ou si on s’appuie sur eux sans une prédication fidèle et un enseignement de la Parole de Dieu, les «conversions» qui en résultent seront de fausses conversions, ce qui veut dire que ceux qui y répondent ne seront pas de vrais chrétiens, mais seulement des chrétiens de nom. Le seul moyen par lequel le Saint-Esprit agit pour régénérer des hommes et des femmes, c’est la Parole de Dieu». L’apôtre Pierre a dit: Vous êtes nés à une vie nouvelle, non d’un homme mortel, mais d’une semence immortelle: la Parole vivante et éternelle de Dieu (1 Pi 1.23).[4]

De la sanctification[5]

En parlant de sanctification[6], la plupart d’entre nous pensent soit à une méthode («Si vous voulez être saint, voici trois choses que vous devrez faire… »), soit à une expérience («Vous avez besoin d’une seconde œuvre de la grâce, d’un baptême du Saint-Esprit »). Pour Paul, il s’agit de connaître la Bible et ce qu’elle enseigne au sujet de ce que Dieu a fait pour nous lorsqu’il nous a sauvés. Dans Rom 6.11, Paul dit pour la première fois dans l’épître que le croyant doit faire quelque chose: se considérer comme mort au péché et vivant pour Dieu en Jésus-Christ. Il doit s’appuyer sur quelque chose qui a été accompli pour lui – il doit donc connaître l’Ecriture, puis agir sur la base de cette connaissance. Telle est l’approche biblique de la sanctification: connaître et vivre par la Parole suffisante de Dieu[7].

De la conduite de notre vie

Le Dieu tout-puissant et omniscient, créateur de toutes choses, connaît parfaitement le cœur et la pensée des hommes. Dans sa bonté et sa bienveillance pour l’humanité, Il a donné dans sa Parole les principes éthiques et moraux nécessaires pour le bien des hommes[8]. Ces principes de l’Ecriture Sainte s’appliquent dans tous les âges et pour tous les peuples. Ils enseignent à chaque chrétien à vivre dans le monde présent d’une manière qui soit agréable à Dieu, sensée, juste et pieuse[9]. La Bible établit ainsi les principes fondamentaux pour la vie en société et en famille, l’éducation des enfants, les relations au travail et avec l’autorité, pour régler les affaires et exercer la justice, etc.[10]

 

[1] Dt 4.2; Ap. 22.18-19
[2] 1 Cor. 2.12-15, Eph. 1.16-20, 1 Jean 5.6
[3] Repris de l’article de Frank Horton & Alfred Kuen, Sola Scriptura, publié sur Evangile 21
[4] James Montgomey Boice, cité dans l’article Sola Scriptura de Frank Horton & Alfred Kuen, publié sur Evangile 21
[5] Repris de l’article de Frank Horton & Alfred Kuen op. cité
[6] La sanctification est le processus de croissance du croyant dans sa sainteté, c’est-à-dire dans sa séparation du monde et de ses souillures, et dans la consécration de sa vie pour Dieu. En d’autres termes, il s’agit de sa croissance progressive dans la ressemblance à la nature humaine parfaite de Jésus-Christ.
[7] 2 Tim. 3.16-17
[8] Cf. les 10 commandements en Dt 5.6-21; la vie nouvelle en Christ exposée par l’apôtre Paul dans Col. 3.1 – 4.1
[9] Tite 2.12
[10] Ps 19.8-9; 119.105

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *