visages3

La bonne nouvelle pour tous

Dieu aime

Le message de l’Évangile de Jésus-Christ est une bonne nouvelle pour tous les individus, quel que soit leur nationalité, leur origine, leur passé ou leurs croyances religieuses.

Ce message est que Dieu aime les hommes et les femmes que nous sommes, selon ce qu’il est écrit « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » (Jean 3.16)

Toutefois, la Bible nous enseigne une autre vérité sur Dieu, qui de prime abord, pourrait nous sembler incompréhensible et incompatible avec le fait que Dieu nous aime.

Dieu est en colère

Nous vous proposons de considérer l’exemple suivant:

M. Durand reçoit un appel téléphonique de son docteur. Ce dernier, avec beaucoup d’empressement et d’excitation lui annonce qu’ils ont enfin trouver le traitement pour le guérir de sa maladie incurable. Si M. Durand s’est toujours cru en bonne santé, s’il ne tenait pas compte des résultats des analyses médicales, comment va t’ il réagir à cette annonce? Il va réagir avec une certaine indifférence, se disant dans son for intérieur “c’est bien, mais ce n’est pas pour moi”. Et il y a de fortes probabilités qu’il ne prenne pas le traitement, surtout si celui a des effets secondaires. Maintenant, s’il a écouté et considéré comme vrai le diagnostic fait par les spécialistes sur sa maladie, M. Durand va se réjouir de cette bonne nouvelle. Son inquiétude va être apaisée et son cœur va être rempli d’espérance. Il va suivre scrupuleusement le traitement prescrit, même s’il provoque des effets secondaires désagréables. M. Durand veut vivre !

Pour bien saisir la réalité et la profondeur de l’amour de Dieu pour l’humanité, il est nécessaire de comprendre et d’accepter d’abord une mauvaise nouvelle. Elle nous concerne tous. Elle vous concerne:  « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Selon ce qu’il est écrit, il n’y a pas de juste, pas même un seul » (Romains 3.10, 23).

C’est ici le point commun à tous les hommes dont nous parlions en introduction.

Le péché est la volonté de l’homme de vivre indépendamment de Dieu et se caractérise par son esprit de rébellion et de désobéissance aux commandements de son créateur. La conséquence est terrible : « la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes et sera manifestée le jour du juste jugement de Dieu » (Romains 1.18, 2.5)

Comment concilier ces trois mots : amour, colère et jugement de Dieu ? Dieu m’aime ou est-il en colère contre moi ?

La réponse se trouve dans ses mots: Jésus-Christ, le Dieu Sauveur

Jésus-Christ, le Dieu Sauveur

C’est ici que nous arrivons au cœur du message de l’Évangile : « Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous ». Sachant que nous étions incapables de nous sauver nous-mêmes de la colère et du juste jugement divin, Dieu a envoyé son propre fils, Jésus-Christ, afin de le condamner à notre place et de satisfaire ainsi sa parfaite justice divine. A la croix, Jésus-Christ a pris sur lui les péchés de tous celles et ceux qui croient en Lui et a subit la colère et le châtiment divin à leur place. En contrepartie, il a mis sur leur compte sa justice parfaite afin « qu’il n’y ait maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ » (Romains 8.1)

C’est ainsi que Dieu a exprimé son amour envers nous ; en offrant en sacrifice son propre fils innocent et en rendant justes les hommes pécheurs que nous sommes, sur la base de la foi et de la confiance que nous plaçons en Jésus-Christ. « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les bonnes œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2.8, 9)

Nous pouvons maintenant avoir cette assurance, selon la parole que Jésus-Christ a prononcé « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. » (Jean 5:24)

Jésus-Christ, Dieu le Fils est au centre de la bonne nouvelle de l’Évangile. Et c’est sur ce point que le Christianisme se distingue de toutes les autres religions.

Avant de lire la suite, nous vous invitons à méditer sur les belles paroles de ce chant de Christian Glardon, Jésus-Christ est Seigneur, JEM 1 #0281 (1999):

De son trône de clarté, de son ciel de pureté
Jésus-Christ est descendu jusqu’à nous, pécheurs perdus.
De toujours il était Dieu, Roi de la terre et des cieux
Mais se dépouillant de tout, Jésus vint mourir pour nous.
 
Il était l’Éternel Roi, mais renonçant à ses droits,
En simple homme, en serviteur, Jésus vint vers nous pécheurs.
Bien que Fils, Jésus apprit, par les choses qu’il souffrit
Jusqu’à la mort de la croix, l’obéissance et la foi.
 
Jésus s’est humilié, aussi Dieu l’a couronné,
Dans le ciel l’a fait asseoir sur son trône en tout pouvoir,
Afin qu’au nom de Jésus, tout genou soit abattu
Et que dans tout l’univers, résonne un puissant concert.
 
Jésus-Christ est Seigneur,
Il est sorti du tombeau, Il est Seigneur.
Tout genou fléchira, toute langue confessera
Que Jésus est Seigneur !

Lire la suite